L'art de paraître

 

Paraître [ραrεtr] – du latin parescere,

de parere « paraître »

 

 1. DEVENIR VISIBLE (début XXIe) Se présenter à la vue. >> apparaître. « lorsque la volonté vient à apparaître » VANGOR. « je veux et j’exige » SOFIE. Votre volonté et vos exigences peuvent (ap)paraître sous le questionnement de SOFIE VANGOR.

 

2. SEMBLER, AVOIR L’AIR (fin XXe) être vu sous un certain aspect. >> « il paraissait différent, être quelqu’un d’autre, avec tantôt des airs de Kahlo, tantôt des traits de Degrelle » LOPEZ-MENCHERO. « à la recherche de l’icône intemporelle, trying to be. » EMILIO. Des tentatives d’incarnation et une volonté de s’inventer tout le temps en tant qu’artiste pour rechercher sa propre identité, celle d’EMILIO LOPEZ-MENCHERO.

 

Sofie Vangor

« Je veux et j’exige » quoi au juste ? De l’argent ? Du bonheur ? La liberté ? Être ? Ou être content peut-être ? Cette affirmation, à la fois simple et impétueuse, résonne comme une question à la réponse peu évidente.

 

Sous la forme d’une série d’images imprimées, Sofie Vangor donne la parole à plusieurs personnes toute génération confondue pour que ces dernières mettent en avant en deux ou trois mots leurs exigences. L’exercice oscille tour à tour entre la facilité et la complexité, la volonté de chacun étant, d’une part, difficile à déterminer et étant, d’autre part, exprimée par des mots très simples. Cette démarche pousse le questionnement un peu plus loin : pourquoi ? Et surtout comment ?

 

Cette série « Je veux et j’exige » crée une mosaïque symbolisant la volonté humaine. Sofie Vangor partage son envie et son moyen d’expression. Elle propose de rentrer dans son univers artistique et de s’exprimer tout comme elle, notamment par le biais de tatouages éphémères.

 

Rien n’arrête son envie de s’exprimer, de narrer son vécu, ses émotions, ses pensées. Son histoire personnelle, son quotidien et les aléas de ce dernier nourrissent ses créations artistiques et vont jusqu’à imposer la forme et le support. En d’autres mots, appréhender l’œuvre de Sofie Vangor, c’est appréhender sa vie. (B. C.)

 

À travers la série d’images intitulées « Je veux et j’exige », le spectateur appréhende bien plus que la réflexion de l’artiste et peut à son tour se plonger dans le processus créatif.

T.W.


Emilio Lopez-Menchero

Depuis le début des années 2000, Emilio López-Menchero tente de régulières incarnations. Habiter Rrose Selavy (2005). […] Changer de sexe et composer une Frida Kahlo qui, elle-même, se met en scène (2005). Prendre la pose hiératique de Raspoutine (2007). Conquérir la face christique de Che Guevara (2001). Coiffer le keffieh d’Arafat (2009). Quelles motivations peuvent bien pousser Emilio López-Menchero à ces tentatives d’incarnations successives, une petite vingtaine déjà au total ?

 

[…] l’artiste initie par ces citations une réflexivité et une recréation, mêlant le familier et l’inédit, la reconnaissance et la surprise, l’érudition et la facétie. Transformiste un brin excentrique, voire même extravagant, López-Menchero, tout en changeant d’identité, trouve la sienne. « Être artiste, dit-il, c’est une façon de parler de son identité, c’est le fait de s’inventer tout le temps ».

 

Chaque œuvre est singulière, chaque « Trying to be » — c’est le titre de la série — est une aventure particulière, chacun est une construction existentielle, composée d’éléments autobiographiques, de renvoi à d’autres productions, d’une mise en scène de soi-même, d’une réflexion sur les signaux émis par l’icône précisément envisagée. C’est, in fine, une construction de soi au travers d’une permanente réflexion sur l’identité et ses hybridités, explorant quelques mythes, leurs mensonges et leurs vérités.

Jean-Michel Botquin