Dominique Castronovo &                        Bernard Secondini

Dominique Castronovo et Bernard Secondini sont deux artistes vidéo liégeois en pleine émergence ; ils créent moins des images qu'ils ne les traitent à partir d'un matériau et d'un substrat culturel préexistant (l'histoire du cinéma, entre autres), qu'il s'agit de retravailler, de recycler, de reconsidérer d'un point de vue phénoménal. La dialectique féconde entre image fixe et image animée (ou entre photo et cinéma, en gros) leur permet d'en aborder d'autres, plus larges : entre mémoire et oubli, entre fixité et mouvement, entre vision et aveuglement… Ils remettent en question nos habitudes de spectateur, nos critères de perception et de réception, composent des mosaïques d'arrêts sur images, des films à projeter où manquent les personnages ou dont il ne reste que le squelette ou le filigrane, parcourent les classiques du septième art à la vitesse hallucinante de vingt-quatre images (différentes) par seconde ou ne gardent, au contraire, que le principe du temps réel au détriment de toute figuration, de tout contexte reconnaissable… À travers ces différentes expérimentations éreintantes et ludiques, à travers ces installations et ces variations, ils instillent la trame d'un propos personnel aigu et poignant, où les questions principales sont celles de l'effacement, de la disparition, des ravages du temps et aussi de l'équivalence, finalement, entre les extrêmes : l'excès et le vide, le trop et le trop peu – qu'il s'agisse d'image ou de sens.

Emmanuel d’Autreppe, 2009

Pour faire un dé, il faut partir de la croix

Affiche

2018

Lieu : Rue Fernand-Dehousse