Isabelle Bonte-Hessed2

Ce portrait à la paraffine réalisé par Isabelle Bonté-Hessed2 est celui du philosophe français Gaston Bachelard (1884 – 1962). Dans le livre « Psychanalyse du feu », il propose de fonder une « chimie » de la rêverie, en analysant l'emprise psychologique du feu dans l'esprit humain. Inspirée par ce livre, Isabelle Bonté-Hessed2 débute en 2015 une série de performances dans lesquelles elle lit, chaque soir, une page de la « Psychanalyse du feu », avant de la brûler, d'en capturer les cendres dans la cire, de la mettre sous scellés et de la photographier. Une vidéo rendait compte de cette création, et était mise en ligne jour après jour jusqu'à épuisement du livre.

 

Les autodafés ne sacrifient pas les livres – car sacrifier, c'est d'abord estimer – ils les détruisent. Leur feu est, certes, symbolique, mais puisque le bûcher veut anéantir, il est, in fine, utilitaire. Le feu d'Isabelle Bonté-Hessed2 ne l'est pas. L'objectif n'est pas de faire disparaître mais de faire apparaître autrement. Le travail n'est pas une mise à mort. Il vise une renaissance. L'instant où le livre prend feu et brûle n'est qu'un moment dans un rituel qui célèbre ce qu'il transfigure par le feu.

M.M.

Portrait de Bachelard

Paraffine sur planche de bois noir

2017

Lieu : Avenue de Peville